Blog Fatom

La Fondation ATEF OMAÏS vole au secours des pensionnaires du centre Delwendé

Article Blog Fatom  |  Posté le : 02 Juin 2015 à 19:04:29  |   Pays : Burkina Faso     

La fondation ATEF OMAÏS a laissé parler son cœur le 30 mai 2015 en faisant un don d'ordinateurs d'imprimantes, de portes et d'aliments aux pensionnaires du centre Delwendé de Ouagadougou. L'objectif de ce don de matériel était de porter secours aux vieilles personnes en difficulté.

C’est un matériel composé d’ordinateurs, d'imprimantes, de portes et de poissons fumés, d'une valeur de 1 185 000 FCFA qui a été offert aux personnes âgées du centre Delwendé de Tanghin pal' la fondation ATEF OMAÏS, La cérémonie de remise du lot a eu lieu le 30 mai dernier dans ledit centre Il Ouagadougou Cil présence des responsables de la fondation et des bénéficiaires. Selon la directrice du centre Delwendé, la sœur Hortencia Filipe Sizalande ce lot de matériel vient boucher des trous et réduire le niveau de déficit alimentaire et matériel que le centre rencontre.​ « Nous sommes très conte lits, de ce don que la Fondation nous a fait, Cela prouve qu'il y a des bonnes volontés qui songent ail bien-être des pensionnaires », a-t-elle indiqué avant de lancer un appel Il d'autres personnes qui peuvent aider Il ne pas hésiter, « Nous sommes en quête d'une ambulance pour pouvoir évacuer les malades dans d'a litres hôpitaux pour les cas graves, parce que, parfois, il est difficile pour nous d'emmener ces vielles personnes dans les centres de santé. Notre souhait est que l'exclusion sociale soit éradiquée dans nos cités et que toutes les vielles personnes présentes dans ce centre puissent regagner leur famille », a-t-elle soutenu. Pour le chargé de programme de la fondation ATEF OMAÏS, Hervé Banga et du secrétaire Général, Hamidou Koné c'est la deuxième fois que la fondation fait un tel don il l'endroit des pensionnaires du centre Delwendé. « Nous sommes conscients de ce que ces vieilles personnes endurent du fait qu'elles sont rejetées par la société et parfois mime par leur propre famille, donc c'est une manière pour nous de leur dire que nous pensons à elles et que nous souhaitons qu'elles regagnent leur famille ..., ont-ils dit. Rappelons que 248 vieilles personnes résident actuellement dans le centre Delwendé dont cinq hommes, malades mentaux.

Source : Le pays