Blog Fatom

La Fondation ATEF OMAÏS améliore les conditions de travail des élèves et enseignants du groupe scolaire Fadjiguila et de l’école fondamentale Dianguina Coulibaly de Lafiabougou

Article Blog Fatom  |  Posté le : 23 Fvrier 2018 à 11:14:27  |   Pays : Mali     

En cette nouvelle année 2018, la fondation ATEF OMAÏS (Fatom) s’est illustrée de la plus belle des manières pour lancer ses activités, en offrant à des enfants vivants dans des quartiers défavorisés de Bamako (Fadjiguila et Lafiabougou) un cadre d’étude agréable. C’est donc au pays de Modibo Keïta (premier Président de la république du Mali) que la Fatom a mené ses premières activités de grandes envergures dans les domaines de l’Éducation et de l’Environnement (Eau et Assainissement). Ainsi, Le Mali vient compléter la liste des pays dans lesquels intervient la Fatom après la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina Faso, le Niger et la France pays de Loire.

Le mardi 13 février 2018, s’est déroulée la cérémonie de remise officielle des clés des infrastructures rénovées aux groupes scolaires Fadjiguila et Dianguina Coulibaly de Lafiabougou en présence des autorités ministérielles, municipales et scolaires et de dites Communes du district de Bamako.

Le Mali, comparé à certains pays de la sous-région accuse un retard crucial en ce qui concerne le secteur de l’éducation. Il est confronté à des problèmes structurels en matière de scolarisation et de formation. Le taux d’analphabétisme est estimé à 70%, les taux bruts de scolarisation et d’admission au niveau de l’enseignement fondamental 1 : EF1 (primaire) sont respectivement de 81,3% et de 74,6% pour un taux d’achèvement de 58,3% et un taux de redoublement de 15,8%. Au niveau de l’enseignement fondamental 2 : EF2 (collège), le taux brut de scolarisation dépasse à peine les 50%, le taux d’admission est de 46,3% contre un taux d’achèvement de 36% et un taux de redoublement très élevé (27,7%). Ces taux attestent qu’un nombre croissant d’enfants âgés de 7 à 15 ans n’ont pas accès à l’éducation, ou abandonnent le système sans pour autant achever le cycle primaire pour des raisons diverses. Le Gouvernement malien veut relever le défi de la scolarisation et de la formation pour une population qui croît au rythme de 3,23% par an et compte plus 7,6 millions de jeunes de moins de 15 ans. Les autorités cherchent depuis peu à impliquer les acteurs locaux dans la gestion de l’éducation, afin de pouvoir répondre à une demande de plus en plus croissante.

Pour soutenir les efforts de l’État malien et dans le but d’améliorer les conditions de travail des élèves et enseignants, la Fatom a réhabilité : 10 salles de classe, 03 bureaux de direction, 07 anciennes latrines, construit 08 latrines, 02 blocs de laves mains avec 07 robinets chacun et repeint la maison du gardien au groupe scolaire Fadjiguila pour un montant de 38 649 989 FCFA. A l’école fondamentale Dianguina Coulibaly de Lafiabougou, elle a construit 02 blocs de 08 toilettes, rafraichi 08 autres existants, construit 02 blocs de laves mains et un forage pour un coût de 26 850 075 FCFA. L’ensemble de ses projets a été réalisé à hauteur de 65 500 000 FCFA.

Les élus locaux du District de Bamako ont remercié vivement la Fatom pour ce geste qui restera gravé dans les mémoires. « Cela offrira sans nul doute un cadre de travail adéquat aux élèves et aux enseignants. Ce geste de la Famille OMAÏS et de ses Partenaires va dans le sens du souci de l’amélioration, de l’accès à l’éducation. Nous ne cesserons jamais de remercier la Fondation pour ce soutien de taille qui contribuera au développement de nos écoles ». La représentante du corps administratif et enseignant s’est illustrée avec des mots de remerciements à Maman Zanouba OMAÏS pour tout ce que sa fondation apporte au système éducatif malien. Pour madame OMAÏS, Présidente de la Fatom, la scolarisation de la jeune fille demeure une priorité pour l’institution qu’elle dirige. Elle a par ailleurs, invité les récipiendaires à s’impliquer fortement dans la pérennisation des réalisations.

En marge de cette initiative, la délégation de la Fatom a fait un don d’ouvrages scolaires au collège Notre Dame de Bamako. Ce don, d’un montant de 1 000 000 FCFA était constitué de livres scolaires et d’ouvrages littéraires. Une autre donation à été effectué à l’école de Fadjiguila. Elle était composée de 400 cahiers, 2500 bâtonnets de craies et 100 stylos.

Notons que la Fatom à aussi participé au 19e Congrès International et Exposition de l'Association Africaine de l'eau du 11 au 16 février à Bamako.

​Cette expérience au mali fut pleine d’émotion et sans doute représente une porte d’ouverture pour de prochaines actions en faveur de ce peuple aimable et chaleureux.
 

 

 

 

Source : Fondation ATEF OMAÏS