Société

Foncier Rural : La Côte d’Ivoire a partagé son expérience à la 18ème Conférence de la Banque mondiale sur le Foncier et la Pauvreté

Article Société  |  Posté le : 26 Mars 2018 à 08:14:15  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Une délégation ivoirienne conduite par le Ministre Daniel Cheick BAMBA, Directeur Général de l’Agence Foncière Rurale (AFOR) a participé, du 19 au 23 mars 2018, à Washington aux USA, à la 18ème Conférence de la Banque mondiale sur le Foncier et la Pauvreté.

Cette Conférence, qui a enregistré la présence de milliers de participants venus de tous les continents, a donné l’occasion aux différentes délégations de partager leurs expériences en matière de gestion foncière et de s’enrichir mutuellement de leurs approches spécifiques.

Dans le cadre de ces échanges, une Table ronde a été consacrée, le jeudi 22 mars 2018, aux pays africains sur le thème : Que faut-il pour réussir un programme de sécurisation foncière ? Échanges sur des approches africaines innovantes.

Au nombre des cinq pays sélectionnés comme panélistes, avec la République Démocratique du Congo, le Sénégal, le Burkina Faso et le Madagascar, la Côte d’Ivoire a fait connaître les importantes mesures prises par le Gouvernement ivoirien pour donner effet à la loi n° 98-750 du 23 décembre 1998 relative au domaine foncier rural ivoirien.

La délégation ivoirienne s’est notamment appesantie sur la création de l’AFOR, la formalisation de la politique foncière du Gouvernement ivoirien, à travers l’adoption de la déclaration de politique foncière et l’ensemble des dispositions en cours pour l’accélération et la massification de la délivrance de certificats fonciers aux populations.

Il est ressorti de la table ronde africaine, que pour réussir un programme national d’enregistrement des droits fonciers, il faut une volonté politique clairement affirmée et soutenue qui est un préalable et un financement conséquent et pérenne en adéquation avec les ambitions de la politique foncière.

A côté de cela, l’adaptation du cadre législatif et réglementaire, la construction d’un réseau géodésique dense et précis, la mise en place d’un système d’informations foncières moderne, la formation des personnes impliquées dans la mise en œuvre du programme et l’organisation d’une vaste campagne de communication, de sensibilisation et d’information ont été également identifiés comme des exigences d’un changement d’échelle réussi pour la mise en œuvre d’un programme de sécurisation foncière".

La délégation également composée de MM. David Gbeuli Loué, Directeur Général Adjoint de l’AFOR, Constant Zirignon Delbe, Directeur du Foncier Rural du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural a été reçu par Mme Mamou Ehui, une ivoirienne assumant les fonctions de Conseillère du Vice-Président Afrique de la Banque Mondiale qui lui a prodigué de judicieux conseils dans les rapports de l’AFOR avec la Banque Mondiale.

Source : abidjan.net